Caleb Shomo: Tout sur Disease le nouvel album de Beartooth


DISEASE est sorti ce 28 septembre.

Si vous n’avez pas encore mis la main sur votre copie du dernier album de Beartooth, voici tout ce que Caleb Shomo à vous dire sur leur troisième album studio.

Caleb, comment as-tu passé les dernières semaines avant la sortie de l’album?

Je suis rentré chez moi, j’ai joué au golf, passé du temps avec ma femme et passé du temps à ne rien faire et profiter du temps passé à la maison.

 

Des groupes comme Parkway Drive ou Bring Me The Horizon sont passés par de gros changements musicaux, ce qui a provoqué pas mal de réactions négative de la part de certains fans. Que penses-tu de ça et crains-tu que quelque chose de similaire vous arrive?

Je pense que chaque groupe a besoin d’évoluer. Si sors le même album à chaque fois, ça devient ennuyeux. Tu dois grandir avec tes fans, faire évoluer ta musique donc je soutiens cette démarche. Ouais je crois que ça m’inquiète un peu parfois de savoir ce que les gens vont penser de nos nouveaux titres mais ce sont des choses qui arrivent, quelque soit l’album que tu sors. Je me concentre plutôt sur  la bonne réalisation d’un bon album.

 

En quoi est-ce que DISEASE diffère de vos autres albums en terme de processus créatif et de sonorités?

La plus grosse différence réside dans le choix du studio où nous avons enregistré. Habituellement, j’écris et j’enregistre dans mon studio mais pour cet album, je me suis rendu dans plusieurs studio à travers le monde et il a été enregistré au « Black Bird » à Nashville qui était le meilleur de tous et avait toutes les options que j’avais envisagées. C’est ce qui a contribué au son de l’album qui est un peu plus brut et plus réel, c’est exactement ce que je cherchais.

 

Quel a été ton inspiration pour ce disque? Je veux dire en terme de groupes, de lieux, de livres, etc…

L’inspiration provient des émotions que je ressens à un moment donné. Mais j’ai trouvé l’inspiration dans les endroits que j’ai visités comme le Japon, New York, L.A. et Nashville, chacun de ces endroits apporte sa touche d’émotion et de son. Oh et j’ai beaucoup écouté AC/DC.

 

Puisque nous parlons d’autres groupes, lesquels sont importants à tes yeux en ce moment?

Un groupe nommé Loathe, nous avons tourné avec eux en Europe. Ils sont vraiment cools, sonnent hyper lourd et ont de super riffs. Je suis vraiment fan et je recommande à tout le monde d’aller les checker.

 

Quel est ton titre préfér de DISEASE et pourquoi?

C’est dur à dire, mais là j’ai envie de te répondre que c’est « Fire ». Il est rapide et souple et je ne sais pas, c’est juste un titre rock’n roll rentre dedans et je l’adore en ce moment.

 

Quand nous demandons à ceux qui nous suivent ce qu’ils voulaient savoir sur le groupe, beaucoup ont voulu connaître l’histoire derrière le titre de l’album…

En vrai, c’est juste ce qui résume ce que j’ai voulu traverser et pour moi, quand j’ai trouvé le titre de l’album c’est venu du fait d’être hyper dépressif et au bout du rouleau en quelque sorte et c’était une période difficile. J’ai eu une mauvaise phase en Europe pendant une tournée alors je me suis posé et j’ai écrit le mot « disease » sur mon téléphone et j’ai décidé que ce serait le titre de l’album. Et il parlerait de la découverte de cet état et comment le surmonter.

Tu a déclaré que DISEASE était ton chef d’oeuvre, est-ce que ça ne va pas rendre la production de prochain album encore plus difficile voire même impossible?

Ouais en réalité j’espère que nous tournerons beaucoup et longtemps pour promouvoir cet album et lorsque je le sentirait je prendrais tout le temps qu’il faut pour être sûr que ce sera parfait. Mais pour moi, quand je dis que c’est mon chef d’oeuvre, j’entends par là que je sais que je me suis investi à 110% et je suis satisfait de tout, du début à la fin, ce qui n’arrive que trop rarement sur un album. Du moins pour moi.
Crédit photo: Carla Mundy

Commentaires