Interview Avec Marco De Avocado Booking, Le « Père » Du Never Say Die! Tour


Pour beaucoup d’entre nous, il est difficile d’imaginer les efforts et l’énergie investis dans une tournée comme le Never Say Die! Tour (avec 21 concerts en 2018). Donc pourquoi ne pas s’entretenir avec Marco d’Avocado Booking, l’homme derrière l’évènement?

Marco, pourquoi avoir lancé le Never Say Die! Tour?

Marco: nos intentions restent inchangées: offrir à de jeunes groupes l’opportunité de jouer devant un plus large public et atteindre de nouveaux fans. Les places ne sont pas chères, bien que ce soit un festival itinérant. Le public apprécie cela, et nous le voyons bien au grand nombre de visiteurs chaque année.

Quelle est la meilleure leçon que tu aies retenu de toutes ces années passées à organiser des tournées?

Que la musique est probablement le moyen le plus important pour exprimer des émotions et des idées. C’est aussi pour cela que nous sommes heureux d’avoir Hope For The Day avec nous sur l’édition 2018 du Never Say Die! Tour. C’est important pour nous de communiquer via la tour sur des thèmes important comme la dépression, le burn out, le suicide qui sont malheureusement très présents dans notre milieu. Ce n’est qu’en s’ouvrant et en parlant de nos problèmes qu’il est possible d’aller mieux. C’est pour cela qu’il faut toujours quelqu’un pour aider à franchir ce premier pas. Johnny de Hope For The Day, qui nous accompagne sur la tournée, est de ces gens là.

Je suppose qu’il doit se passer beaucoup d’imprévu, à plus ou moins grande échelle, sur une telle tournée. Quel a été le pire pour toi?

Nous travaillons sur ce tour depuis assez longtemps, donc d’un point de vue logistique il n’y a rien qui nous fasse mal au crâne et aucun « désastre » n’est survenu au cours de ces années. Le vrai challenge est de trouver un dénominateur commun aux groupe qui sont sur notre liste. Les négociations peuvent durer plusieurs moins sans forcément aboutir à un résultat positif.

À voir le style de musique sur chaque tournée, il semblerait que vous changiez chaque année. En 2018, le line up était le « plus dur » à ce jour, avec des groupe comme Emmure, Lorna Shore et Chelsea Grin. Cette année sera plutôt sous le signe du hardcore mélodique avec Being As An Ocean & co. De quoi cela dépend-t-il?

L’élément clef pour chaque tournée est la cohérence: quels groupes vont bien ensemble et quelle combinaison de groupes aura l’effet le plus synergique possible? Les line-ups de ces 11 dernières années étaient toujours très différents ce qui est, pour moi, le gros avantage du tour. Il se passe beaucoup de chose dans l’underground et il y a toujours de supers groupes qui émergent. Ce sont les groupes avec qui nous aimons bosser chez Avocado Booking et que nous voulons voir sur le Never Say Die! Tour. 

Est-ce que les demandes des fans jouent un rôle dans l’organisation du tour?

Oui et non. La plupart du temps nous ne pouvons pas satisfaire les demandes directes, mais avec le Never Say Die! Tour, nous essayons toujours de mettre en place le meilleur line-up avec les groupes de la scène actuelle. Donc les demandes et les line-ups coïncident en général.

Qu’as-tu à répondre aux retours négatifs qu’a reçu le line-up 2018?

Il y a tous les ans des fans pour exprimer leur mécontentement. Nous ne pouvons pas satisfaire tout le monde malheureusement et ce n’est pas ce que nous souhaitons. Le véritable indicateur de succès est la tournée en elle même et chaque concert sur le moment.

Quel a été ton édition préférée?

Je dirai que ce serait celle de 2008 quand Parkway Drive étaient en tête d’affiche pour la première fois. Il y avait Unearth, Despised Icon, Protest The Hero, Architects, Carnifex et Whitechapel en ouverture. Cette tournée a frappé la scène comme une bombe et a rempli les salle, bien que les groupes étaient plus petits qu’aujourd’hui. Cette édition a très certainement contribué au succès de Parkway Drive.

Quel groupe aimerais-tu avoir sur un Never Say Die! Tour?

Heaven Shall Burn, Terror, Hatebreed, Black Dahlia Murder, Nasty, As I Lay Dying, Periphery, etc. Je pourrais en citer plein d’autres.

La question de la fin: qu’est-ce que tu ressens quand tu vois ton « bébé » sillonner les routes Européennes?

Je peux répondre avec une vidéo?

Merci Marco pour cette interview et bonne chance pour le Never Say Die! Tour 2018!

Commentaires